Dieu a promis de bénir Abra­ham et de faire en sorte que son nom soit « grand » pour une rai­son : qu’il soit une béné­dic­tion pour les autres. Jésus a appris aux dis­ci­ples à dis­tribuer des béné­dic­tions et être les pre­miers à inter­venir auprès des néces­si­teux. Il les a donc sou­vent impliqués dans le proces­sus du mir­a­cle; pour les entraîn­er. Les cinq mille per­son­nes sont nour­ries de pain et de pois­son par les mains des dis­ci­ples. Jésus était la source, ils étaient les dis­trib­u­teurs (voir Mt 14.13–21). Nous aus­si, Dieu nous appelle à être dis­trib­u­teurs. Par­fois, nous ne recon­nais­sons pas notre béné­dic­tion parce qu’elle est sous forme de graine. C’est une erreur. Jésus a dit : « Il en est du roy­aume de Dieu comme d’un homme qui jette de la semence en terre ; qu’il dorme ou qu’il veille, nuit et jour, la semence germe et croît sans qu’il sache com­ment. La terre pro­duit d’elle-même, pre­mière­ment l’herbe, puis l’épi, enfin le blé bien for­mé dans l’épi ; et dès que le fruit est mûr, on y met la fau­cille, car la mois­son est là » (Mr 4.26–29). Notez ce pas­sage : « la semence germe et croît sans qu’il sache com­ment ». Au lieu de vous deman­der com­ment servir Dieu, décou­vrez les besoins de cha­cun et agis­sez. Vous avez quelque chose que Dieu peut utilis­er. S’il le bénit, vous serez étonné(e) de votre poten­tiel. Le mir­a­cle des pains et des pois­sons com­mence lorsque quelqu’un dit : « Ces per­son­nes ont faim ». C’est alors que les dis­ci­ples décou­vrent que Jésus peut utilis­er ce qu’ils pos­sè­dent, même si cela sem­ble insuff­isant.