La Bible évoque ceux « qui marchent sur les traces de la foi de notre père Abra­ham ». Com­ment a‑t-il fait ? 1) Abra­ham croy­ait en Dieu « qui donne la vie aux morts et qui appelle à l’ex­is­tence ce qui n’ex­iste pas » (v.17). Lorsque Dieu fait une promesse, il a le pou­voir de la réalis­er, même lorsque l’évidence et les cir­con­stances sont con­traires. 2) « Espérant con­tre toute espérance, il crut et devint ain­si père d’un grand nom­bre de nations » (v.18). Quand toutes les raisons d’e­spér­er ont dis­paru, Abra­ham espérait tou­jours. Pourquoi? Parce que son espérance était en Dieu ! Si vous vous sen­tez dés­espéré aujour­d’hui, pensez à ces mots : « Retournez à la forter­esse, pris­on­niers pleins d’e­spérance ! Aujour­d’hui encore je l’an­nonce, je te rendrai le dou­ble » (Za 9.12). 3) « Il crut et devint ain­si père d’un grand nom­bre de nations, selon ce qui avait été dit : telle sera ta descen­dance » (Ro 4.18). Notez l’ex­pres­sion « selon ce qui avait été dit ». Lorsque Dieu fait une promesse, elle con­tient en elle la puis­sance de se réalis­er. « Ain­si en est-il de ma parole qui sort de ma bouche : elle ne retourne pas à moi sans effet, sans avoir exé­cuté ma volon­té et accom­pli avec suc­cès ce pour quoi je l’ai envoyée » (Esa 55.11). 4) « Face à la promesse de Dieu il ne dou­ta point, par incré­dulité, mais for­ti­fié par la foi, il don­na gloire à Dieu » (Ro 4.20). L’expression « ne dou­ta point » nous dit qu’Abra­ham n’a pas hésité ou lais­sé les opin­ions des autres l’in­flu­encer. Au con­traire, il est resté résolu et ferme. C’est ça marcher par la foi !