Pour une ges­tion effi­cace, il faut tout con­sid­ér­er à sa juste valeur, vous y com­pris ! Pour le dic­tio­n­naire, « accepter » c’est : 1) recevoir volon­taire­ment. L’acceptation implique la volon­té. À nous de choisir de nous accepter ou non ! 2) con­sid­ér­er comme juste. Lorsque quelque chose est accept­able, il faut le voir comme « juste ». Nous avons ten­dance à nous rejeter nous-même car nous voyons tou­jours nos défauts et rarement nos qual­ités. C’est sou­vent l’héritage du passé, inculqué par ceux qui pointaient nos faib­less­es plutôt que nos forces. Et ça nous pour­suit encore. 3) être d’accord. Le mot « accepter » sig­ni­fie aus­si « être d’accord ». Si vous avez du mal à vous accepter, vous devez vous accorder avec la Parole de Dieu. Elle vous déclare « juste », alors dites-le vous aus­si (voir 2Co 5.21). Dans un pre­mier temps, vous aurez du mal, mais ensuite cette idée pren­dra racine en vous. La Bible dit : « Deux hommes marchent-ils ensem­ble, sans en avoir con­venu ? » (Am 3.3). Pour marcher avec Dieu, il faut être d’accord avec lui. Il dit qu’il vous aime et vous « accepte » en Christ, alors croyez-le et arrêtez de vous déval­oris­er. Quand Dieu nous a créés, il a dit que c’était une « très bonne chose » et il n’a pas changé d’avis. Patience ! Il n’a pas fini son œuvre créa­trice en nous. Il veut que nous nous voyions comme lui nous voit et que nous appre­nions à nous aimer alors que nous sommes tou­jours « en travaux ».