Vous sen­tez-vous en dan­ger ? Si oui, regardez ce que font les dis­ci­ples quand ils se sen­tent men­acés par les autorités religieuses de leur époque. 1) Ils font appel à Dieu. « Seigneur, sois atten­tif à leurs men­aces » (v.29). En avez-vous par­lé au Père ? Si ce n’est pas assez impor­tant pour mérit­er une prière, c’est donc trop léger pour être un fardeau ! Dieu devrait être le pre­mier à l’entendre, non le dernier. La prière est la porte der­rière laque­lle il décou­vre votre sit­u­a­tion, alors assurez-vous de lui avoir ouvert. 2) Ils prient pour une foi plus grande. « Donne à tes servi­teurs d’an­non­cer ta parole en toute assur­ance » (v.29). Penser que toutes nos ques­tions auront des répons­es et que toutes nos craintes dis­paraîtront est irréal­iste. La foi et la peur seront tou­jours notre lot quo­ti­di­en. Pour être vain­queur, apprenez à affamer votre peur et à nour­rir votre foi avec la Parole de Dieu (voir Ro10.17). 3) Ils s’attendent à l’intervention de Dieu. « Étends ta main » (v.30). Ne vous con­tentez pas de vous prélass­er dans votre fau­teuil tout en espérant que Dieu agi­ra. Lev­ez-vous ! Quand les dis­ci­ples sont dans la tem­pête, la Bible nous dit : « À la qua­trième veille de la nuit, Jésus alla vers eux en marchant sur la mer » (Mt 14.25). Jésus est de quart. Il est disponible au moin­dre appel. 4) Ils sont rem­plis de l’Esprit Saint. « Quand ils eurent prié […] ils furent tous rem­plis du Saint-Esprit » (Ac 4.31). Voilà la clé ! La puis­sance de Dieu les a for­ti­fiés et rem­plis d’énergie. Vous pou­vez l’être aus­si.