Un juriste, ancien toxicomane, écrit : « J’étais sous traitement de substitution et j’avais besoin d’un emploi pour m’en sortir. Je cherche en vain pendant des mois. Un jour, alors que j’attends le bus, une petite voix dans ma tête se fait insistante : “Regarde derrière toi. Tu vois ce cabinet d’avocats ? Vas‐y, demande le patron et propose lui tes services.” Je me dis que c’est complètement dingue…mais la petite voix insiste encore, alors j’obéis. Tandis que j’explique ma situation au juriste, il se montre compréhensif et indulgent parce qu’un membre de sa famille s’est lui aussi libéré d’une addiction. Puis il me regarde et dit : “C’est drôle que vous soyez venu aujourd’hui. Je pensais justement créer un poste de secrétaire juridique et je n’ai pas encore passé d’annonce.” Deux semaines plus tard j’obtenais l’emploi, le meilleur auquel j’avais jamais postulé. C’était le plus rémunérateur et le plus conforme possible à mes compétences. » Le problème n’est pas que Dieu cesse de nous parler, c’est que nous ne reconnaissons pas sa voix. Ne soyez pas si prompt à écarter les drôles de pensées qui traversent votre esprit (voir 1Co 2.16). En général, Dieu ne vous enverra pas la foudre du ciel pour capter votre attention. Plus souvent il vous parle à travers vos pensées, un membre de la famille, un ami, un professeur, un pasteur, un changement de votre situation, la soudaine découverte d’un verset « parfait », les écrits d’un auteur inspiré, ou la sérénité qui vient lorsque sa paix vous remplit le cœur. Apprenez donc à écouter la voix de Dieu.