Lorsque la Bible vous dit ce que vous devez faire, vous pouvez le considérer de deux manières différentes : comme un devoir d’obligation ou un devoir d’opportunité. Le premier fait référence à votre devoir civique. Vous devez payer vos impôts ; il est indispensable de tenir votre chien en laisse ; il est nécessaire de passer le permis de conduire. Le second concerne vos besoins vitaux. Vous devez faire une pause, voir le monde, goûter ce gâteau. Les « devoirs » contenus dans le message de Jésus appartiennent pour la plupart à cette dernière catégorie. À mesure que vous en prenez conscience, vous commencez à vous sentir coupable du fait que votre désir de Dieu n’est pas assez profond. Hélas il ne suffit pas d’en exprimer le vœu pour désirer Dieu davantage. Mais il est prêt à prendre en compte votre sincérité pour vous aider à l’approcher, tellement il attend avec patience et grâce que vous veniez sans contrainte vers lui. C’est pourquoi la Bible dit : « Goûtez et voyez combien l’Éternel est bon ». Voilà une invitation d’un chef sûr de sa cuisine. Pas besoin de vous engager à finir tout le plat. Il suffit de goûter et si on n’aime pas, on laisse le reste. Le chef est convaincu qu’à la première bouchée vous aurez envie de tout manger. En fait, plus vous lisez la Parole de Dieu et priez, plus elle devient gratifiante et plus elle vous attire. Certes, c’est d’abord une discipline. Mais si vous persévérez, ça devient un délice.