Parole du Jour
Parole du Jour 
Il y a un temps pour le compromis
/

Si Paul est intran­sigeant sur les vérités bibliques, il se refuse à porter un juge­ment sur les cou­tumes, les tra­di­tions et les préférences indi­vidu­elles. Par exem­ple, cer­tains chré­tiens de Corinthe pen­saient que c’était un péché de manger de la viande sac­ri­fiée aux idol­es. Pour régler le prob­lème, Paul leur dit : « Quelques-uns, retenus encore par l’habi­tude à l’é­gard de l’i­dole, man­gent de ces vian­des en tant que sac­ri­fiées, et leur con­science qui est faible en est souil­lée. Ce n’est pas un ali­ment qui nous rap­prochera de Dieu : si nous n’en man­geons pas, nous n’avons rien de moins ; si nous en man­geons, nous n’avons rien de plus. Prenez garde, toute­fois, que votre droit ne devi­enne une pierre d’a­choppe­ment pour les faibles » (1Co 8.7–9). Il résume ain­si sa pen­sée : « Je me suis fait tout à tous, afin d’en sauver de toute manière quelques-uns » (1Co 9.22). Dieu ne veut pas qu’on se bat­te à coup d’arguments théologiques, mais il nous demande de gag­n­er des âmes à Christ. Soyons donc bien­veil­lants envers ceux qui pensent autrement, ont des cou­tumes dif­férentes ou d’autres pri­or­ités. Respec­tons tous les types de louange ain­si que les détails théologiques qui dif­fèrent des nôtres. Paul affirme : « Soyez tou­jours hum­bles, doux et patients. Sup­port­ez-vous les uns les autres avec amour. Efforcez-vous de main­tenir l’u­nité que donne l’E­sprit Saint par la paix qui vous lie les uns aux autres » (Ep 4.2–3, BFC).