Pourquoi Dieu a‑t-il rem­placé la loi par la grâce ? Parce que, même si la loi a le pou­voir d’exposer nos fautes, elle n’a pas le pou­voir de dévelop­per en nous un désir d’obéir. Imag­i­nons que vous ayez ten­dance à manger trop de choco­lat. Vous souhaitez vous défaire de cette habi­tude, et vous vous imposez la règle suiv­ante : « Je ne dois pas manger de choco­lat. Je ne peux pas manger de choco­lat. Jamais plus je n’en mangerai ». Vous vous êtes même con­va­in­cu que manger du choco­lat était un péché. Mais cette règle ne vous libère pas du désir d’en manger ; elle ne fait qu’amplifier le prob­lème ! Nuit et jour, vous ne pensez qu’à ça. Tôt ou tard, vous trou­vez un moyen de manger du choco­lat en douce parce que vous avez dit à tout le monde que vous n’en man­geriez plus jamais. Vous ne pou­vez pas en manger devant les autres. C’est pourquoi vous le faites en cachette, et vous vous sen­tez d’autant plus coupable que vous avez péché en douce. Au lieu d’être libre en Christ, la loi ampli­fie la souf­france. Bien des croy­ants cherchent à con­trôler leurs impul­sions en s’appuyant sur les pré­ceptes de Dieu, mais ça ne fonc­tionne pas. À mesure qu’ils gran­dis­sent dans leur foi, ils appren­nent à s’en remet­tre à l’Esprit Saint et ils décou­vrent que l’Esprit Saint peut les libér­er de leurs désirs pécheurs. La loi exige une volon­té de fer ; la grâce exige de s’appuyer chaque jour sur la puis­sance de l’Esprit de Dieu.