Voici une des leçons que Jésus nous enseigne dans la parabole du fils prodigue : Ne lais­sez tomber per­son­ne, peu importe le mal qu’il ou elle a pu faire dans sa vie. Pourquoi aban­donne-t-on trop tôt les gens ? 1) On ne juge que leur con­duite. Mais on ne con­naît pas leur vécu, celui qui les a fait devenir ce qu’ils sont. Par­fois, ils réagis­sent à la douleur causée par les blessures non cica­trisées et les prob­lèmes non réso­lus. Par­fois leur colère masque une pro­fonde crainte. Il arrive qu’ils suiv­ent aus­si le mau­vais exem­ple de leurs par­ents parce qu’ils ne con­nais­sent rien d’autre. Et tant qu’ils ne savent pas vivre autrement, ils sont blo­qués dans leur sys­tème. 2) On ne con­naît pas leurs com­bats. Ne vous lais­sez pas bern­er par leur suc­cès de façade. Ils peu­vent vivre dans une belle mai­son, con­duire une superbe voiture, avoir une bonne sit­u­a­tion, mais voir s’effondrer leur mariage, avoir des enfants rebelles et per­dre la tête. Ils ont besoin de votre com­pas­sion. Au lieu de les con­sid­ér­er comme une cause per­due, deman­dez à Dieu des paroles de sagesse à leur inten­tion. Ésaïe a dit : « Le Seigneur Dieu m’a enseigné ce que je dois dire, pour que je sache avec quels mots je sou­tiendrai celui qui faib­lit. Chaque matin, il me réveille, il me réap­prend à écouter, comme doivent écouter les dis­ci­ples » (Esa 50.4, BFC). Si vous con­tin­uez à prier pour eux et à essay­er de les aider, Dieu fera de vous un relais de sa mis­éri­corde et de sa grâce. Voici donc votre parole du jour : ne les lais­sez pas tomber, Dieu ne l’a pas fait !