Si vous vous lim­itez aux per­son­nes qui pensent exacte­ment comme vous, vous ne grandi­rez jamais et n’accomplirez pas ce que Dieu a prévu pour vous. Vous avez besoin de gens qui ont une vision par­faite dans vos angles morts. Pour com­penser vos faib­less­es, vous devez pou­voir tra­vailler avec des gens forts dans ces domaines. Au lieu de rechercher ceux qui se con­for­ment à vos opin­ions, trou­vez quelqu’un qui vous aime suff­isam­ment pour les con­tester de temps à autre. Pourquoi ? Parce que vous avez encore beau­coup à appren­dre ! Pensez à ceux que Jésus a choi­sis. Luc était médecin, Pierre et Jean étaient sim­ples pêcheurs. Pour préserv­er votre image, qui auriez-vous choisi ? Mais Jésus avait besoin de tous pour accom­plir sa mis­sion. Il savait que les gens veu­lent des com­plé­ments et non des répliques d’eux-mêmes. On estime que même avec le génie d’Einstein, vous auriez acquis à peine 1 % du savoir pos­si­ble. Et tout le tal­ent du monde ne vous ferait pas réalis­er plus de 1 % de ce qui peut l’être. Oui, l’harmonie nous est néces­saire. Mais la véri­ta­ble har­monie est poly­phonique, là où plusieurs sons se mélan­gent en accord, loin de l’unisson où tous pro­duisent la même note. L’oreille préfère la var­iété de l’harmonie à la monot­o­nie de l’unisson. Ayez donc des rela­tions har­monieuses et non monot­o­nes. Réfléchissez : vous ne ressem­blez à per­son­ne. Alors si vous voulez que les autres vous aiment et vous acceptent, com­mencez par les aimer et les accepter. La plus grande sagesse se trou­ve dans la diver­sité, pas dans le con­formisme.