Jésus raconte l’histoire de cet homme qui invite plusieurs personnes à un banquet. Ils trouvent tous une excuse pour ne pas venir : « Je dois m’occuper de mon champ… J’ai acheté 5 bœufs… Je viens de me marier… » Finalement, l’hôte va dire : « Aucun de ces hommes qui avaient été invités ne goûtera de mon repas » (v.24). Vous pensez sans doute que votre cas est différent, que vous avez une bonne raison de dire « non » à Dieu. Mais est‐ce que ça vaut bien la peine de rater sa destinée ? Lorsque Dieu vous parle, c’est le moment de vérité ! Là, soit vous prenez un engagement, soit vous trouvez une excuse. C’est ici et maintenant que votre avenir se décide ! Qu’est-ce que Dieu vous demande de faire ? Pourquoi hésitez‐vous ? Par peur de l’échec ? Par peur d’être critiqué(e) ? La peur se déguise volontiers en excuse. Et chaque hésitation ou volte‐face ajoutera une nouvelle pierre au mur qui finira par vous séparer du destin que Dieu avait prévu pour vous. John Mason dit : « L’occasion est souvent perdue à vouloir en délibérer. » Alors, si Dieu vous demande d’agir, prenez sa main et avancez avec foi. Vous n’avez aucun contrôle sur la direction du vent, mais par la grâce de Dieu vous pouvez régler les voiles pour arriver à bon port. George Washington Carver a dit : « La plupart des échecs proviennent de gens qui ont coutume de se trouver des excuses. » N’oubliez pas qu’une occasion ne se présente qu’une fois. N’allez pas croire qu’elle reviendra demain. C’est le moment : entrez tant que la porte est ouverte !