Paul écrit : « Je vous exhorte à vous offrir vous-mêmes en sacrifice vivant, réservé à Dieu et qui lui est agréable ». Chez les Juifs, un sacrifice consistait à tuer un animal puis à le placer sur l’autel et le consumer par le feu. Et si vous mettez un animal vivant sur l’autel en disant : « Ne bouge pas », puis vous allumez le feu, soyez sûr(e) que la créature va se sauver ! Pourtant Paul nous encourage à retourner sur l’autel et à nous y soumettre chaque jour, à chaque instant. Sur le coup c’est un peu comme mourir, mais c’est vraiment la seule façon de vivre. Supposez qu’une personne fasse quelque chose qui vous énerve. C’est compliqué, et vous n’êtes pas sûr(e) de savoir comment réagir. Avant même de tenter quoi que ce soit, toutes sortes de mauvaises pensées vous traversent l’esprit. Vous êtes perplexe. Mais Dieu le sait, et si vous vous rendez à lui, il vous montrera comment répondre avec grâce. Vous remettez à Dieu les options qui vous semblent attrayantes : contourner, fuir, médire, exploser. Si votre blessure est profonde, le désir de vengeance sera presque immédiat. Vous aurez d’autant plus besoin de vous soumettre. À force de se soumettre on aura plus vite conscience de ces envies. Apprenez à vous rendre à Dieu dans chaque situation, et vous ne serez plus jamais influencé(e) par vos pulsions. Vous laissez une existence pour en trouver une nouvelle, bien meilleure que celle que vous avez quittée. En fin de compte, il s’avère que rien de ce que vous avez perdu ne vaut vraiment la peine d’être conservé.