Quand Mark Matousek a annon­cé aux gens qu’une mal­adie poten­tielle­ment mortelle lui avait sauvé la vie, ils n’ont pas com­pris. C’était dur, mais sans cela, il n’aurait jamais su affron­ter cer­taines de ses peurs vis­cérales. Il écrit : « La dif­fi­culté est un mus­cle qui nous fait avancer. La crise nous mène au bord du gouf­fre et nous oblige à sauter le pas. En par­lant de béné­dic­tion, les gens décrivent un para­doxe. Ain­si, les hommes se révè­lent sou­vent en temps de guerre et l’ac­couche­ment rend les femmes plus vivantes que jamais. » En fait, Dieu est engagé dans votre crois­sance spir­ituelle : « Celui qui a com­mencé en vous une œuvre bonne, en pour­suiv­ra l’achève­ment jusqu’au jour du Christ-Jésus ». En chemin, vous serez éprouvé(e) jusqu’à vos lim­ites. Un auteur écrit : « Les épreuves spir­ituelles tes­tent notre foi et notre engage­ment. Voyez Abra­ham et Isaac. Quelle fierté de voir ses enfants réus­sir, et Dieu avait de grands pro­jets pour Isaac. Mais par­fois les choses tour­nent mal ! On a chaussé les san­dales d’Abraham et on s’est accroché aux promess­es de Dieu. Pour­tant, la mal­adie per­siste, les prob­lèmes financiers s’accumulent, les amis nous trahissent et la mort nous appelle. Abra­ham a répon­du avec con­fi­ance et engage­ment. Ce n’était pas facile pour lui… on con­naît le résul­tat, il n’a pas été jusqu’au bout. Pour­tant, il était prêt à sac­ri­fi­er son fils. Dieu n’a jamais voulu la mort d’Isaac… Il veut notre cœur entier et engagé. Même si les épreuves n’ont pas de sens, il promet de fix­er des lim­ites, de marcher avec nous et de nous faire du bien. »