Après avoir dirigé Israël pen­dant quar­ante ans, le prophète Samuel n’a pas eu de pot de départ à la retraite et de mon­tre en or. Mais il a obtenu bien mieux sous la forme de cet éloge : « Tu ne nous as ni exploités, ni causé du tort » (1S 12.4, BFC). Il les a dirigés, instru­its et bénis, mais pas une seule fois il n’en a tiré avan­tage. Comme c’est agréable ! Quel exem­ple, en par­ti­c­uli­er dans le monde des affaires et de la poli­tique d’au­jour­d’hui. C. S. Lewis a dit : « Une édu­ca­tion sans valeurs, aus­si utile soit-elle, ne fera sans doute d’un homme qu’un dia­ble plus intel­li­gent. » Donc, avant de fix­er vos objec­tifs, déter­minez vos valeurs. Les valeurs sont comme les glis­sières au bord de la route ; elles vous empêchent de dévi­er et de tomber dans le ravin. Elles déter­mi­nent jusqu’où vous irez dans les cas épineux. Savoir ce qui compte et ce que vous appré­ciez vrai­ment est la clé pour vivre une vie pleine de sens. Le prob­lème n’est pas tant d’avoir des valeurs que de les vivre. On appré­cie tous l’hon­nêteté, l’in­tégrité et le par­don, mais quand on est sous pres­sion et prêt à y per­dre, il arrive qu’on se défile. Avoir des valeurs coûte cher. Mais en échange, on peut garder la tête haute le jour et bien dormir la nuit. Et tout aus­si impor­tant : on peut rester sere­in et soi-même. Trich­er, men­tir, vol­er, c’est épuisant pour le men­tal. Essay­er de se sou­venir du men­songe de la semaine dernière pour qu’il s’accorde à celui d’aujourd’hui demande un gros effort. Lorsque vous vivez une vie intè­gre, vous n’avez pas à vous en souci­er !