Dans L’île mystérieuse, Jules Verne raconte l’histoire de cinq hommes qui s’évadent de prison en s’emparant d’une montgolfière. Rapidement, ils sentent que le vent les emporte au loin sur l’océan. Au bout d’un moment, ils se rendent compte qu’ils perdent de l’altitude. Comme ils n’ont aucun moyen de réchauffer l’air dans le ballon, ils commencent à jeter l’excédent de poids par‐dessus bord. Les chaussures, les manteaux et les armes sont jetés à contrecoeur, mais ils se réjouissent lorsque le ballon reprend de l’altitude. Bientôt les vagues se rapprochent à nouveau dangereusement et il faut maintenant se débarrasser de la nourriture. Lorsque le ballon se met à descendre pour la troisième fois, un des hommes suggère d’attacher ensemble les cordages, de s’y accrocher puis de couper les liens et se débarrasser de la lourde nacelle. Le plancher sur lequel ils se tenaient tombe et le ballon se lève à nouveau. Soudain ils aperçoivent la terre. Sans perdre une minute, ils sautent dans l’eau et nagent vers une île. Finalement, ils ont survécu parce qu’ils ont appris de quoi ils pouvaient se passer. Pourquoi Jésus a‐t‐il dit : « La vie d’un homme ne dépend pas de ce qu’il possède » ? Parce que ce que vous considérez comme une bénédiction peut devenir un fardeau. Ce qui vous enthousiasme aujourd’hui peut vous ennuyer demain. Jésus affirme : « Votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Cherchez premièrement son royaume et sa justice, et tout cela vous sera donné par‐dessus » (Mt 6.32–33).