Jésus était con­stam­ment sous pres­sion. On le sol­lic­i­tait de toute part. Il n’avait que très peu d’intimité et on le dérangeait sans arrêt. Il était régulière­ment incom­pris, cri­tiqué et ridi­culisé. Mal­gré cet énorme stress, il restait pais­i­ble sous la pres­sion. Com­ment fai­sait-il ? Il gérait son stress selon huit grands principes. Voyons pour les prochains jours ce que cha­cun d’eux peut nous appren­dre. Sachez qui vous êtes. « Ils lui dis­aient : Qui es-tu, toi ? Jésus leur répon­dit : Ce que je vous dis depuis le com­mence­ment ». Si vous ne con­nais­sez pas votre iden­tité, d’autres pour­raient chercher à vous en prêter une à leur con­ve­nance. Ils vous pousseront à croire incon­sciem­ment que vous êtes celui ou celle que vous n’êtes pas. Si on a tant de stress, c’est qu’on se cache der­rière un masque, on vit une dou­ble vie, on n’est pas authen­tique avec les gens et on fait croire qu’on est quelqu’un d’autre que soi. L’incertitude est tou­jours un fac­teur de pres­sion. Lorsqu’on n’est pas sûr de soi, on se croit obligé d’en faire un max­i­mum. On place la barre bien trop haute, et mal­gré un tra­vail acharné, on n’arrive jamais au bout. Alors que faire ? Vous devez savoir qui vous êtes et à qui vous appartenez ! Vous êtes un(e) enfant racheté(e) de Dieu, vous êtes sur cette terre non par acci­dent mais pour un but pré­cis. Dieu vous aime pro­fondé­ment et vous adopte pleine­ment. Il a un plan pour votre vie, donc vous avez de l’importance. Pour sur­mon­ter le stress, vous devez savoir qui vous êtes. Réglez vite le prob­lème pour ne plus en souf­frir.