En mauvaise compagnie, on a vite fait de se plaindre et l’atmosphère se dégrade. Comme les nuages ou le soleil, les mots font la pluie ou le beau temps. Vous dites : « Mais je suis inquiet » . Alors lisez ceci : « Ne vous inquiétez de rien ; mais, en toutes choses, par la prière et la supplication, avec des actions de grâces, faites connaître à Dieu vos demandes. Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées » (v.6–7). C’est votre gratitude qui fera disparaître votre anxiété, non vos plaintes. Ne soyez pas reconnaissant(e) en fonction de la situation car Dieu est plus grand que vos circonstances. Alors comment surmonter votre penchant au pessimisme et le remplacer par une vision optimiste et pleine de foi ? 1) Décidez‐le. Abraham Lincoln a dit avec raison : « La plupart des gens sont aussi heureux qu’ils ont décidé de l’être ». Ne passez plus un seul instant à critiquer et à vous plaindre. 2) Commencez tout de suite. Il n’est pas facile de changer, mais pour voir un résultat, il faut s’y mettre. Surveillez vos propos et corrigez vos faux‐pas. Si vos paroles sont négatives, corrigez‐vous et rendez‐les positives. Prenez la ferme résolution de vous taire si vous n’avez rien de constructif à dire. 3) Rechercher les bonnes choses. La Bible dit : « Que tout ce qui est vrai, […] honorable, […] juste, […] pur, […] aimable, […] vertueux et digne de louange, soit l’objet de vos pensées » (v.8). Faites de ceci votre prière : « Seigneur, donne‐moi une vision optimiste et pleine de foi. »