Le monde ne va pas se con­sacr­er à notre bon­heur. Si nous accep­tons ce fait, nous pour­rons com­mencer à aller de l’avant. La plu­part du temps, la vie ne se déroule pas comme prévu. Paul a écrit : « Quand je me rendrai en Espagne ; j’e­spère vous voir en pas­sant ». Mais il n’est jamais allé en Espagne. Au lieu de ça il a fini en prison. Mais c’est de là qu’il a écrit ses épîtres. Donc, votre décep­tion peut s’avérer être une sat­is­fac­tion pour Dieu ! La Bible dit : « Le cœur de l’homme médite sa voie, mais c’est l’Éter­nel qui affer­mit ses pas » (Pr 16.9). N’êtes-vous pas content(e) que Dieu con­trôle votre vie ? Lais­sez les philosophes débat­tre du sens de la vie. Con­cen­trez-vous juste sur la manière de la vivre ! Pourquoi vivre jusqu’à cent ans si le ressen­ti­ment et le regret vous empêchent d’en prof­iter ? Pourquoi en vouloir davan­tage, si vous perdez déjà le temps que vous avez ? Savez-vous com­ment une huître fab­rique une per­le ? Lorsqu’un grain de sable pénètre dans sa coquille, l’huître l’en­veloppe de couch­es suc­ces­sives de nacre. Ce qui fait dire à ce poète anonyme : « Quelle leçon remar­quable, que ce grain de sable qu’une huître trans­forme en joy­au. Que n’ai-je aus­si changé sous ma peau, en per­le tous ces impar­faits. » Dieu est à l’œu­vre dans ce que vous vivez aujour­d’hui, pour votre bien et pour sa gloire. Tout ce que vous avez à faire est de lui accorder votre con­fi­ance.