Il est ques­tion de colère pour la pre­mière fois dans les Écri­t­ures lorsque Caïn se fâche con­tre son frère Abel et le tue. 60% des meurtres com­mis en Amérique le sont par des mem­bres de la famille. Mais la colère ne tue pas seule­ment les autres, elle peut vous tuer aus­si. Un psy­chi­a­tre affirme : « La haine et la colère asso­ciées à une per­son­nal­ité de type A con­tribuent forte­ment aux mal­adies car­diaques. Les gens colériques sont cinq plus sus­cep­ti­bles de souf­frir de prob­lèmes coro­nar­iens et les car­diaques risquent deux fois plus l’infarctus lorsqu’ils se met­tent en colère. » Bien sûr, il y a une dif­férence entre colère et sim­ple exas­péra­tion. Une fil­lette demande à son père de lui expli­quer la dif­férence entre les deux. Alors le papa décroche le télé­phone, com­pose un numéro et quand son cor­re­spon­dant répond, il dit : « Bon­jour, est-ce que Melvin est là ? » Et l’autre de répli­quer : « Il n’y a pas de Melvin ici, vous feriez mieux de véri­fi­er le numéro avant ! » Le papa attend un peu, puis recom­pose le numéro : « Allo, Melvin est-il là ? » L’homme crie : « Je viens de vous dire qu’il n’y a pas de Melvin ici ! Ne rap­pelez plus ! » puis il rac­croche sèche­ment. Le père regarde sa fille et dit : « Ma chérie, ça c’était de l’exaspération. Main­tenant je vais te mon­tr­er ce qu’est la colère. » Il com­pose le numéro une nou­velle fois et quand une voix rugit : « Allo ! », il dit calme­ment : « Bon­jour, ici Melvin, y a‑t-il eu des appels pour moi ? » Colère est syn­onyme de dan­ger. Alors, deman­dez à Dieu de vous aider à gér­er votre colère. Il le fera.