L’amour humain dit : « Je t’aime, tant que tu réponds à mes attentes, partages mes opinions, fréquentes mon église et fais partie de mes amis ». Dieu, non ! Il n’attend pas que nous en soyons dignes pour faire le premier pas : « Dieu prouve son amour envers nous : lorsque nous étions encore pécheurs, Christ est mort pour nous ». Puis il a changé toutes les règles. Jésus a dit : « Je vous donne un commandement nouveau : Aimez‐vous les uns les autres ; comme je vous ai aimés » (Jn 13.34) ; « Tu aimeras ton prochain comme toi‐même » (Mt 22.39) ; « Aimez […] sans rien espérer recevoir en retour » (Lu 6.35, BFC). Bill Hybels dit : « Lorsque j’aime, je finis toujours par donner au lieu de recevoir. Nul doute que l’amour va me coûter trois choses infiniment précieuses : mon temps, mon énergie et mon argent. Si vous êtes soucieux du bien‐être des autres, vous devrez inévitablement faire des sacrifices ». Quelqu’un d’autre ajoute : « Pendant un temps, j’étais fâché contre l’amour. Ce n’était vraiment pas ce que je m’imaginais. Je le trouvais éphémère. Je n’en étais pas digne. Plus il était profond et plus il était douloureux. L’amour était irrationnel, compliqué, hors d’atteinte et incertain. J’en avais assez. Peu à peu, le Seigneur a guéri mon cœur. Ma colère s’est estompée. Maintenant je comprends que c’est l’homme qui dénature et étouffe l’amour. « L’amour est de Dieu » (1Jn 4.7) . Il en vaut la peine quel qu’en soit le prix. Qu’importe le mal qui a été fait au nom de l’amour, nous sommes incomplets sans lui.